Select Page

Quel budget pour une CDP (Customer Data Platform) ?

Quel budget pour une CDP (Customer Data Platform) ?

La société Scal-e a été listée dans deux rapports de l’Institut international de recherche Forrester le “Now Tech: Customer Data Platforms, Q4 2021” pour la région Asie Pacifique (APAC) et le “Now Tech: Customer Data Platforms, Q1 2022” pour la région monde. Pour en parler, le site Martech.cloud a profité du lancement du nouveau site web Scal-e pour proposer une interview.

Témoin privilégié de la révolution opérée chez Scal-e depuis le rachat de la société en 2018, son CEO Christophe ALVES s’est entretenu avec Martech.cloud, blog majeur de l’innovation digitale. Christophe Alves nous parle de la société Scal-e, sa stratégie, l’évolution du marché, son équipe ou bien encore sa vision de l’avenir de l’entreprise.

Cet article est le 5ème et dernier d’une série d’entretiens de l’été consacrés à la CDP


Et niveau budget? 

Christophe Alves : Pour les coûts de licence, cela commence à 1000€/mois. Pour ce qui est de la partie implémentation, contrairement à ce qu’annoncent certaines sociétés, ce n’est pas minimum 100 000€ de coût de mise en place.

Cela dépend bien sûr de plusieurs paramètres : le nombre de sources de donnée, la qualité des données, le nombre d’alphabets (associé aux langues utilisées), le nombre de serveurs de données à mettre en place pour respecter les différentes réglementations etc. Cela dépend également du type de projet : par exemple pour les projets que nous gérons en direct, en mode projet éditeur, nous gérons 80/90% de tout le projet, les 10% restant étant la charge client. Nous avons eu des projets de mise en place de CDP sur mesure avec des flux/connecteurs vers différentes sources de données en import et export pour quelques dizaines de milliers d’euros.

Maintenant, je pense que l’analyse par le coût est une mauvaise analyse.

Vous voulez dire, que vous préférez réfléchir au ROI qu’au budget nécessaire pour implémenter une CDP par exemple ?

Christophe Alves : Pas obligatoirement.

Toutes les marques que j’ai pu rencontrer dépensent plus de budget communication sur Méta, Google, Twitter, Tencent, Alibaba … qu’elles n’investissent dans des outils leur permettant de capitaliser la relation avec leurs clients. Je ne dis pas qu’il ne faut plus utiliser ces réseaux pour acquérir de nouveau client. Mais est-il normal pour une marque de continuer à investir de tels budgets pour obtenir des informations sur ses propres clients ?

Où est l’intérêt de payer X fois une information sur un client ? En unifiant toutes ces données dans une CDP ou en enrichissant ces informations via un programme de fidélité on peut démontrer un ROI en quelques semaines/mois,  en évitant de dépenser X fois le même budget sur les mêmes contacts. 

En résumé, ce que vous dites, c’est qu’en rationalisant les coûts publicitaires, une marque gagne à centraliser et unifier sa connaissance client dans une CDP ?

Christophe Alves : Exactement.

Maintenant, nous avons tendance à considérer cela comme un effet de bord positif.

Pour construire nos ROIs, on préfère faire une comparaison entre le panier moyen de la marque et le coût mensuel (CPM) pour gérer 1000 clients dans Scal-e.

Pouvez-vous nous donner un exemple de panier moyen comparé au CPM de la plateforme Scal-e pour calculer le ROI ?

Christophe Alves : Dernièrement une marque m’expliquait qu’elle n’avait pas de budget pour lancer son projet. Son plus petit produit représente un panier de 1500 euros … et certains atteignent même plus de 1000 euros. Le CPM mensuel que nous lui avons proposé était de 24 euros !

En d’autres termes, si sur une tranche de 1000 clients, grâce à l’amélioration des capacités de ciblage, de personnalisation ou de recommandation, la plateforme Scal-e générait 1 deal en plus tous les 62 mois (soit 1 deal tous les 5 ans !), le client aurait remboursé son investissement !

Sachant que ce type de produit peut se vendre plusieurs fois par an. A mon sens cela coûte plus cher de ne rien faire que de faire quelque chose.

Et si le client possède plusieurs types de produits ?

Christophe Alves : Question intéressante. Rien n’empêche de faire ce calcul sur le produit ayant le plus petit panier moyen afin de suivre son ROI.

Pour aller plus loin, il est intéressant d’ajouter les coûts d’acquisition. Les marques ayant plusieurs produits peuvent comparer les coûts d’acquisition par gamme de produits et les paniers moyens associés. Par exemple, certaines marques peuvent jouer sur le fait de pouvoir acquérir un client à faible coût sur un produit, même si ce produit représente un panier moyen faible, mais utiliser ces clients afin de leur proposer des gammes de produits sur lesquels le panier moyen est supérieur !


À propos de l'auteur

Martech.Cloud

Martech.Cloud est un blog qui traite des sujets d'actualité sur le martech, le cloud, le big data, le marketing relationnel, le e-commerce, le CRM, et comportemental. Le site rassemble de nombreux articles illustrés par des infographies, des vidéos, des études et enquêtes... Suivez-nous sur Twitter @MartechCloud.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletter

Dernières vidéos

Loading...

Suivez toute l’actualité du marketing digital et comportemental.

Merci. Pour valider votre inscription cliquez sur le lien de confirmation que nous vous avons envoyé par email.

Share This